IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le gouvernement Macron alloue près de 3 millions d'euros à la surveillance de la pensée des internautes sur les réseaux sociaux :
Un système informatique de plus pour mettre à mal les libertés ?

Le , par Patrick Ruiz

140PARTAGES

35  3 
Le système informatique en question est intégré au Service d’Information du Gouvernement (SIG) qui dépend du Premier ministre. Son rôle officiel : mesurer le ressenti des Français sur les actions gouvernementales via une surveillance de la pensée sur les réseaux sociaux. Des voix s’élèvent pour dénoncer le fait que les libertés des Français sont de plus en plus en danger surtout que les approches dans le genre vont en se multipliant.

Un appel d'offres pourvu pour mieux surveiller la réputation de l'exécutif sur le Web

« L'accord-cadre a pour objet la fourniture d'outils de social listening et de mesure d'impact sur les réseaux sociaux pour permettre au Gouvernement de détecter, analyser et mesurer les préoccupations et attentes des internautes vis-à-vis de son action et particulier et de l'actualité en général. Il s'agit d'un marché passé sous le mandat de la Direction des Achats de l'État (DAE) pour les besoins de l'ensemble des ministères », indique la fiche du Bulletin officiel des annonces de marchés publics (BOAMP)

Le Système d’Information du Gouvernement a trois objectifs : analyser l’opinion publique et le traitement médiatique de la politique gouvernementale, relayer les actions de cette politique auprès du grand public et piloter la communication gouvernementale. Le SIG dispose d’un budget total de 14,2 millions d’euros pour l’année 2021. Le gouvernement vient d’allouer 20 % de ce dernier aux activités de social listening menées par trois entreprises spécialistes de la surveillance des réseaux sociaux : le Français Visibrain, l’entreprise Newsship basée en Irlande et Talkwalker du Luxembourg. 1,7 million, 900 000 et 220 000 euros sont les budgets respectifs des ces entreprises mises à contribution par le gouvernement français.

« Talkwalker Analytics permet d’écouter et d’analyser en profondeur les discussions autour d’une marque ou de n’importe quel sujet sur plus de 150 millions de sites web et une dizaine de réseaux sociaux. Ces analyses permettent aux utilisateurs d’évaluer leur e-réputation, de mesurer la performance de leurs campagnes et de mieux promouvoir leur marque », explique l’entreprise sur son site. Orange s’appuie sur ses services.

Vers une surveillance généralisée des réseaux sociaux en France ?

L'une des rares (sinon la seule) réactions de la classe politique à propos de cet appel d'offres est celle de Nicolas Dupont-Aignan – Président de Debout la France et candidat à l’élection présidentielle de 2022 : « Le gouvernement français met en place, un an avant l’élection présidentielle, un système de surveillance généralisée des réseaux sociaux avec l’argent du contribuable. Il s’agit d’avoir une toile qui permet d’encadrer à terme, de fermer, de surveiller, de ralentir la progression de la liberté. »

Certes, les outils visent à mettre en place en place un système de veille des réseaux sociaux, mais les contenus analysés sont uniquement des contenus publics. Ils ne permettent en aucun cas d’accéder à des échanges privés entre les internautes. L’avis de Nicolas Dupont-Aignan ne doit non plus laisser penser que les trois entreprises ont des liens avec les services de modération de Facebook, Twitter et autres réseaux sociaux. Elles ne peuvent donc décider de la fermeture d’un compte.

Un système informatique de plus pour mettre à mal les libertés et droits fondamentaux des Français ?

C’est un avis qui tombe dans un contexte où le gouvernement français apprête l’entrée en vigueur d’un « certificat sanitaire. » C’est un passeport sanitaire européen destiné à démontrer qu’un tiers a reçu le vaccin contre le coronavirus. Ce dernier contiendra plusieurs informations personnelles (nom, date de naissance, numéro de votre passeport) dont un QR code qui permettra de fournir aux autorités les informations sur l'état de santé de son titulaire. Il sera délivré en version numérique de sorte qu’il puisse être affiché sur un smartphone ou imprimé sur papier, selon la préférence de son titulaire. Celui-ci fait l’objet de controverse quand on prend en compte les risques de fuites de données susceptibles de mettre les données de santé des Français aux mains de tiers malveillants.


Le gouvernement français entend lancer une Carte Nationale d’Identité électronique (CNIe) dès 2021. Le projet s’intègre dans celui plus grand d’identité numérique à laquelle la CNIe pourra servir de support. Dans l’espace européen, la France rejoint des pays comme l’Allemagne qui, en 2018, a notifié à la Commission de l’UE son projet de loi introduisant une carte d’identité numérique. Comme l’Allemagne, la France a, parmi les objectifs qu’elle liste dans le rapport du CNnum, d’offrir l’accès aux services de l’administration en ligne au travers de cette carte d’identité numérique. La solution envisagée côté français est de niveau substantiel et élevé, c’est-à-dire que le gouvernement entend mettre sur pied une solution d’identification adaptée à des usages numériques sensibles, engageants pour le citoyen et qui auraient requis une présence physique. Les consultations se poursuivent pour déterminer le degré de sensibilité des données à associer à cette CNIe. Toutefois, le modèle allemand donne une idée de ce qui pourrait à minima être accessible : nom, date et le lieu de naissance et adresse du possesseur de la Carte Nationale d’Identité électronique. Le lancement de ce nouveau titre électronique qui répondra aux mêmes critères qu’un passeport est prévu pour août 2021.

C’est l’étape d’enrôlement (ou de création de l’identité numérique d’un tiers) qui est sujette à controverse. Elle peut être réalisée par une autorité publique de délivrance de titre, un tiers de confiance (La Poste qui enrôle, en tant que fournisseur d’identité fédéré à France Connect) ou de manière automatisée et autonome comme c’est le cas avec la solution « Mobile Connect et moi », fournisseur d’identité privé de France Connect. C’est l’évocation de la solution publique Alicem qui n’a pas manqué de retenir l’attention des critiques de façon particulière.


Alicem a été fortement critiquée pour ses contraintes et les risques encourus. L'argument central qui relativisait ces critiques était que personne n'est obligé de l'utiliser : c'est sur la base du volontariat. Maintenant, les décideurs en sont à la phase de l'élargissement des usages, de façon à ce que ceux qui acceptent de l'utiliser y voient un intérêt grandissant. Ensuite pourra venir la phase où on réduit les usages des alternatives, de façon à rendre la tâche plus difficile à ceux qui refusent de l'utiliser. Au pire, on pourra faire preuve de laxisme dans la maintenance desdites alternatives, de façon à faire valoir dès que possible un besoin impérieux de sécurité pour interdire l'usage de ces solutions ne répondant pas aux exigences de sécurités les plus élémentaires. À terme, il n'y aura donc aucune difficulté à imposer, en pratique, l'usage d'Alicem de façon généralisée.

Source : Appel d'offres

Et vous ?

Pensez-vous que le projet est pertinent ou pas ?
Est-il pertinent de dépenser 2,8 millions pour un tel projet ou au contraire faudrait-il dépenser plus ?
Quel commentaire faites-vous de la réaction de Nicolas Dupont-Aignan ? Est-elle justifiée ou plutôt exagérée ?
Êtes-vous en accord avec l’avis selon lequel ce n’est qu’une question de temps avant que les démocraties occidentales s’arriment à une surveillance généralisée des réseaux sur le modèle chinois ?

Voir aussi :

Attestation et justificatif de déplacement en France : la version numérique n'est plus acceptée, seul le format papier est autorisé
Coronavirus : la Commission européenne propose un « certificat vert numérique », pour faciliter la libre circulation en toute sécurité dans l'UE
TousAntiCovid : le scan de QR codes via l'application pourrait entrer en phase de test dans les prochains jours, au sein des restaurants réservés aux routiers
Application TousAntiCovid : un coût de 6,5 millions d'euros sans appel d'offres, ANTICOR saisit la Cour de justice de la République

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de blbird
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 18/04/2021 à 11:46
Ce qui est honteux ici, c'est de la dépense d'argent uniquement pour du marketing gouvernemental. Et de l'autre côté, on nous dit qu'il n'y a jamais d'argent pour les hôpitaux, pour les écoles, ...

Ce genre de dépense devrait simplement être interdite.
20  0 
Avatar de Bruno
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 30/04/2021 à 20:07
France : le gouvernement envisagerait d'autoriser l'utilisation d'algorithmes pour détecter l'extrémisme en ligne,
malgré les inquiétudes de certains avocats des droits de l'homme

Le gouvernement français envisagerait de durcir les lois antiterroristes, en autorisant l'utilisation d'algorithmes pour détecter les activités extrémistes en ligne. En raison d'une série d'attaques terroristes récentes, souvent commises par des personnes inconnues des services de sécurité, le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a déclaré que les attaquants étaient désormais « des individus isolés, de plus en plus jeunes, inconnus des services de renseignements, et souvent sans aucun lien avec des groupes islamistes établis ».

« C'est un problème croissant pour la France car les attaquants s’auto-radicalisent très rapidement, en quelques jours ou semaines. Ces agresseurs n'utilisent plus les SMS ou les téléphones portables pour communiquer, mais se connectent en ligne ou utilisent les réseaux sociaux », a-t-il ajouté.
Rappelons que la semaine dernière, une attaque au couteau a été perpétrée par un homme inconnu des services de renseignement. L'agression a eu lieu dans l'entrée sécurisée du commissariat de Rambouillet, à 56 km de la capitale.

La femme de 49 ans, une assistante administrative qui revenait d'une pause déjeuner, a reçu deux coups de couteau à la gorge et a succombé à ses blessures peu après. L'agresseur a été mortellement blessé lorsqu'un officier a ouvert le feu sur lui. La femme assassinée était la mère de deux enfants âgés de 13 et 18 ans. L'assaillant, âgé de 36 ans, est arrivé en France illégalement en 2009, mais avait depuis obtenu des papiers de résidence, a déclaré une source policière, ajoutant qu'il était inconnu des services de sécurité. Le préfet de la région a déclaré qu'une enquête sur le terrorisme avait été ouverte.

Le président, Emmanuel Macron, a tweeté que la France ne céderait pas dans face à « la lutte contre le terrorisme islamiste »


« Il ne suffit pas de lutter contre l’extrémisme violent ; il faut le prévenir », prévient l’UNESCO. « Cela nécessite de faire appel à des formes de « puissance douce » à même de prévenir une menace provoquée par des interprétations faussées de la culture, par la haine et par l’ignorance. L’extrémisme radical n’est pas inné. Il est créé, alimenté. Le processus de radicalisation doit être désamorcé, en premier lieu… », ajoute l’organisation.

Selon Darmanin, les algorithmes permettraient à l'État de détecter si une personne effectue des recherches répétées en ligne sur un sujet tel que les décapitations par exemple. Il a fait valoir que Google et d'autres sites commerciaux en ligne utilisaient déjà des algorithmes et que l'État devrait pouvoir en faire autant, avec une supervision indépendante, malgré les inquiétudes de certains avocats des droits de l'homme qui craignent un manque de transparence.

Précédemment, le gouvernement Macron a alloué près de 3 millions d'euros à la surveillance de la pensée des internautes sur les réseaux sociaux. Le système informatique qui sera utilisé est intégré au Service d’Information du Gouvernement (SIG) qui dépend du Premier ministre. Son rôle officiel sera de mesurer le ressenti des Français sur les actions gouvernementales via une surveillance de la pensée sur les réseaux sociaux.

« Les neuf dernières attaques sur le sol français ont été commises par des individus inconnus des services de sécurité, qui ne figuraient pas sur une liste de surveillance et n'étaient pas soupçonnés d'être radicalisés », a déclaré Darmanin à la radio France Inter. Cela signifie que de nouvelles méthodes sont nécessaires, a-t-il dit, ajoutant que sur 35 attaques empêchées par l'État depuis 2017, deux ont été stoppées par le travail de renseignement en ligne.

Depuis 2017, les agences de sécurité françaises peuvent utiliser des algorithmes pour surveiller les applications de messagerie. Le nouveau projet de loi rendrait cette utilisation expérimentale permanente et étendrait l'utilisation des algorithmes aux sites web et aux recherches sur le web. La législation rend permanentes plusieurs mesures temporaires utilisées depuis l'état d'urgence en France après les attaques terroristes islamistes de 2015. Elle donnerait aux agences de sécurité plus de pouvoir pour surveiller et limiter les mouvements des individus à haut risque après leur sortie de prison, pendant deux ans au lieu d'un.

Et vous ?

Que pensez-vous de cette initiative du Gouvernement français ?

Certains avocats des droits de l'homme craignent un manque de transparence, trouvez-vous cette crainte fondée ?

Voir aussi :

Présidentielle 2022 en France : le vote électronique s'invite dans le projet de loi, une initiative du gouvernement, qui suscite des interrogations sur la sécurité du scrutin

France : le Conseil national du numérique appelle à la création d'un baccalauréat professionnel dédié au métier de développeur, dans la filière du web

France : la Quadrature du Net accuse le Conseil d'État d'avoir validé durablement la surveillance de masse au détriment d'un arrêt de la CJUE datant d'octobre 2020

Le gouvernement Macron alloue près de 3 millions d'euros à la surveillance de la pensée des internautes sur les réseaux sociaux : un système informatique de plus pour mettre à mal les libertés ?
13  0 
Avatar de arflam
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 01/05/2021 à 6:06
Il est bien loin le temps où l’affaire des écoutes de l’elysee, lors que François mitterand utilisait les moyens de l’anti terrorisme pour écouter des personnalités, dont des journalistes et des adversaires faisaient un scandale national.
https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Affa...A9cout%C3%A9es

Aujourd'hui le pouvoir met en place un système de surveillance de l’ensemble de la population française, qui ressemble de plus en plus à de la lecture des penses, en instrumentalisant un assassina fait par un type qui aurait dû être expulsé depuis 10 ans pour entrée illégale, et a ete naturalisé par Valls .

Et çà passe crème.
9  0 
Avatar de kain_tn
Membre expert https://www.developpez.com
Le 18/04/2021 à 21:59
Citation Envoyé par yahiko Voir le message
C'est pour quand les vidéos de Mélanchon, Marine Lepen et autres politiciens ?
Ben s'ils font la une pour des news liées à l'informatique, pourquoi pas? On s'en fout un peu de connaître leur parti politique, non?

Et puis si ce qu'ils ont à dire n'est pas intéressant, les gens sur le forum exprimeront leur avis, comme tu viens de le faire par exemple
8  0 
Avatar de kain_tn
Membre expert https://www.developpez.com
Le 30/04/2021 à 21:42
Citation Envoyé par Bruno Voir le message

Que pensez-vous de cette initiative du Gouvernement français ?
J'en pense que comme tout bons sociopathes, ils s'en tamponnent: c'est de la démagogie.

Tout ce qui les intéresse c'est de détourner l'attention du peuple sur les problèmes qu'ils créent/ne règlent pas/amplifient, et de gagner un peu plus de contrôle au passage. C'est lamentable.

Citation Envoyé par Bruno Voir le message

Certains avocats des droits de l'homme craignent un manque de transparence, trouvez-vous cette crainte fondée ?
Bon, c'est vendredi alors:

[mode ironique activé]
Nooooon... Le gouvernement Français actuel est un grand défenseur de la démocratie et des libertés pour tous! Qu'est-ce qui pourrait bien mal se passer?
[mode ironique désactivé]
8  0 
Avatar de tanaka59
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 01/05/2021 à 15:30
Bonjour,

Que pensez-vous de cette initiative du Gouvernement français ?
1) L'état fait fausse route.

2) On va monopoliser de la ressources humaines , matérielle et temporelle inutilement.

3) Tous les sujets sportifs ou culturels qui évoque les thématiques militaires, les armes, la défense, la guerre ... vont avoir droit à un véritable flicage de leurs contenus en ligne (jeux vidéos, filmographie, histoire, aéro modélisme, drone , chasse, pèche , sport de combat , airsoft, paintball , collectionneur d'objet militaire ... ) .

Les fanas de paintball seront catégorisés individus à hauts risque (forcement ils tiennent un pistolet qui balance des boules de peinture ...) . La région Normandie sera déclarée "zone de facho" , car l'économie de cette région est tournée vers le tourisme de mémoire de 39-45 .

Certains avocats des droits de l'homme craignent un manque de transparence, trouvez-vous cette crainte fondée ?
Pour des questions de "bienpensance" , on va pouvoir rebaptiser un ministère "police de la pensée" ou "ministère de la vérité". Un forme de stasi des temps modernes
7  1 
Avatar de Mingolito
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 18/04/2021 à 16:50
Visibrain en France ok, mais Newsship basée en Irlande et Talkwalker du Luxembourg ?
Pourquoi dilapider l'argent des contribuables sur un projet douteux et probablement inutile pour le jeter en pâture à des entreprises étrangères ?

Le budget total c'est 14 millions d'euros, c'est quand même cher payé pour lire les journaux

Moi je veux bien être payé 14 millions d'euros pour faire ce job :
- Macron : "Alors ils pensent quoi les français ?"
- SIG : "Ils sont pas content"
- Macron : "Ok bon travail, tiens voila tes 14 millions d'euros"

5  0 
Avatar de phil995511
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 01/05/2021 à 18:04
Quand on voit des vidéos dans le genre de celle dont je vous met un liens ci-dessous, on a de quoi se poser des questions sur les risques de dérives de tels systèmes gouvernementaux qui ne manqueront très certainement pas de ficher les opposants politiques de régimes en place.

4  0 
Avatar de tanaka59
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 03/05/2021 à 16:04
Bonjour,

Citation Envoyé par walfrat Voir le message
Cet argument me parait être de totale mauvaise foi.
Dans ce cas je t'invite à venir , dans les groupes facebook en question . Et assister au véritable flicage des postes et commentaires ...

Citation Envoyé par walfrat Voir le message
Je ne pense pas que les derniers terroristes auto radicalisés en question avait avoir quelque chose avec une seule thématique que tu cites.
Comme nos politiques n'y connaissent rien , ils s'en foutent s'ils font un amalgame, sans chercher à comprendre ce que c'est ... Pour 50 péquenauds qui tiennent des pistolets à peinture, une personne qui n'y connait rien sur le sujet , peut parfaitement les faire catégoriser "fou dangereux" ... Pour le politique , pistolet à peinture = arme = danger de mort = groupe à faire surveiller / faire fermer.

Comme nos politiques ne savent pas mettre réellement les moyens pour traquer (cout humain et financier), les comportements dangereux (qui passent 99% du temps entre les mailles du filet) , ils font de la comm' en se trompant cible . Comme cela au final les réseaux sociaux sortent des stats, et les politiques peuvent se venter des effets "bénéfiques" ...

Je constate pourtant toujours autant , voire plus de violence en tout genre (physique comme verbale ... )

J'en déduis donc que le modèle de tracking et de suivi est inefficace.
3  0 
Avatar de Mingolito
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 18/04/2021 à 22:27
Citation Envoyé par yahiko Voir le message
C'est pour quand les vidéos de Mélanchon, Marine Lepen et autres politiciens ?
C'est le seul qui s'est saisi du problème pour l'instant semble-t-il. Si tu as d'autres vidéos sur ce sujet poste les à la suite
Ca serait marrant d'avoir les avis des autres en fait

Je ne sais pas si c'est une mesure de gauche ou de droite du coup, enfin on peux dire que la surveillance des citoyens c'est généralement soit une politique dictatoriale, soit une politique de gauche : Staline, l'URSS, et même Mitterrand avec ses écoutes téléphoniques illégales par exemple. Ici surveiller les réseaux sociaux sur les données publique c'est pas illégal, c'est juste probablement inutile et couteux.
Mais bon Macron, il est en théorie de gauche non ? vu que c'est un ancien ministre de François Hollande, le fossoyeur officiel du parti socialiste...

En ce qui me concerne envoyer l'argent durement gagné de mes impôts à une sociétés basée au Luxembourg, donc avec des salariés sans doute payés 3 fois mieux que moi, tout ça pour surfer sur le web, ça me fait pas spécialement plaisir

Pour moi SIG + HADOPI + CSA même combat, des millions jetés par les fenêtres pour rien.
2  0