IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le système de livraison par drones d'Amazon peut-il être autre chose que pure hype ? Le projet montre des signes d'effondrement dont des licenciements en masse :
Vers une débâcle inéluctable ?

Le , par Patrick Ruiz

17PARTAGES

12  0 
Plus de 100 employés d'Amazon Prime Air ont perdu leur emploi et des dizaines d'autres postes sont transférés vers d'autres projets à l'étranger. Des confidences extirpées à ces derniers font état de ce que l'avenir de l'opération britannique du projet Amazon Prime Air, qui a été lancée en 2016 pour ouvrir la voie aux efforts de livraison par drone d'Amazon dans le monde, est maintenant incertain. Retour sur les avantages du système et les aspects techniques susceptibles de le mener à la débâcle.

Il y a cinq ans, les opérations britanniques de Prime Air étaient au centre d'une campagne de relations publiques frénétique, les dirigeants d'Amazon affirmant que les drones livreraient des colis d'ici quelques années. L'entreprise a offert des visites de son laboratoire secret de drones aux écoles locales, a ouvert un nouveau bureau gigantesque à Cambridge et a diffusé une série de vidéos promotionnelles pour les vols qui ont été vues par des millions de personnes. Les régulateurs britanniques ont également accéléré les autorisations pour les tests de drones, ce qui a fait du pays un banc d'essai idéal pour les vols de drones et a ouvert la voie à Amazon pour obtenir l'approbation réglementaire ailleurs.

Mais dans les années qui ont suivi, les tournées ont cessé, les vidéos promotionnelles ont fait l’objet de retrait de la chaîne YouTube d'Amazon et, à l'exception des promesses occasionnelles de cadres de l'entreprise selon lesquelles les drones de livraison deviendraient une réalité dans les mois à venir, la campagne de relations publiques de l'entreprise, auparavant très répandue, a disparu. Aujourd'hui, une demi-décennie après avoir effectué les premiers vols d'essai au Royaume-Uni, l'ensemble de l'équipe britannique d'analyse des données du projet est mise à la porte.


Des retours d’anciens employés font état de ce que le projet Prime Air a commencé à exhiber des signes d’étranglement dès fin 2019, ce, au milieu d'un remaniement constant des travailleurs et des gestionnaires. À l'époque, l'équipe de drones était divisée en trois divisions qui analysaient les séquences pour détecter différentes menaces : les humains et les animaux, les autres objets artificiels dans le ciel et la cartographie 3D, qui aidait les drones à faire la différence entre une pelouse et, disons, une piscine. Des embauches fréquentes, principalement par le biais d'agences d'intérim, ont renforcé l'équipe d'analyse des données, qui constituait une grande partie des opérations britanniques de Prime Air à Cambridge. Le département était chargé de passer manuellement en revue les séquences de vols d'essai et d'identifier les menaces ou les objets pertinents - essentiellement en utilisant l'apprentissage automatique pour former les drones d'Amazon.

La mise sur pied de ce système mettant en œuvre l’apprentissage automatique devait prendre en compte un certain nombre de paramètres. En effet, la masse d’un drone varie entre 25 et 27 kilogrammes ; un paramètre qui a posé des problèmes dans le cadre de la mise sur pied du système d’atterrissage. Alors que d'autres entreprises de drones visent à déposer des colis depuis plusieurs mètres dans les airs ou depuis une hauteur encore plus élevée à l'aide de parachutes, les ingénieurs d'Amazon ont dû trouver le moyen de faire atterrir les drones devant les maisons des gens et de déposer un colis à peine au-dessus du sol. Ceux-ci étaient censés voler jusqu’à une hauteur de 122 mètres. Une question additionnelle et sujette à controverse au sein des équipes d’Amazon se posait alors : fallait-il identifier ou non les individus dans le champ visuel du drone ? 86 % des colis livrés par l’entreprise en 2016 avaient des masses allant jusqu’à 2,3 kg. Le système de livraison par drones était dédié à la gestion de cette catégorie de colis.


Amazon avait mis en avant le fait que le système permettrait de livrer les acheteurs dans un délai maximum de 30 minutes après validation de la transaction sur son site, ce, sur des périmètres de 16 kilomètres.

Amazon Prime Air devrait garder un pied en Grande-Bretagne pour étendre ses activités, mais sur des projets autres que la livraison par drones. Les tests du système devraient néanmoins se poursuivre aux USA où l’entreprise a reçu un agrément de l’autorité aéronautique compétente.


Et vous ?

En quoi est-ce pertinent de mettre sur pied un système volant piloté à l’intelligence artificielle pour effectuer des livraisons de colis d’à peine 3 kilogrammes ?
Avez-vous envie de voir le ciel envahi de drones bruyants et potentiellement dangereux ?

Voir aussi :

Amazon teste l'utilisation de robots pour emballer les commandes dans ses entrepôts encore des milliers d'emplois menacés par l'automatisation
D'ici fin 2019, Amazon aura complètement abandonné les bases de données d'Oracle, selon le PDG d'Amazon Web Services
Voici comment Amazon surveille et licencie automatiquement ses ouvriers d'entrepôt, ceci pour des raisons de productivité

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 06/08/2021 à 12:24
Pour les vrais ingénieurs (et pas des journaleux illuminés en manque de sensationnalisme), les drones de livraison sont une hérésie!

1. C'est inutilisable car pas fiable: L'hôpital de Zurich a fait des essais de drones commerciaux (pas des prototypes développés dans un garage) pour transmettre des échantillons de sang entre 2 sites. Un drone a fini au fond du lac, un autre s'est écrasé au sol. Les essais ont été arrêtés et les drones ont fini à la casse.

2. La poste suisse a essayé le drone au sol (une petite caisse à roulette fermée qui va de la poste au foyer du client pour lui livrer le colis). Conclusion? La solution est lente (le robot devant rouler avec les piétons et pas sur la route, il ne peut rouler qu'au pas), chère et nécessite... un accompagnateur humain!!! Ben oui, les gars, on vit dans un monde où plein de gens veulent soit voler le robot, soit le détruire à coup de pied, juste pour le plaisir!!! Et attention, l'essai a été réalisé dans une ville suisse tout ce qu'il y a de plus tranquille, à un milliard de lieux de ce qui se passe dans le 93 ou dans la banlieue Nord de Marseille

3. Avoir un objet volant autonome évoluant dans le monde réel est trop dangereux en cas de bug (collision avec des avions, chute sur des personnes, etc.). Ce n'est pas pour rien que la totalité des pays qui ont légiféré sur l'usage des drones exige qu'un drone doit voler de manière à ce que son opérateur ait en permanence un contact visuel avec lui...
3  1 
Avatar de Feelooo
Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 06/08/2021 à 14:08
Je sais pas pourquoi mais mon petit doigt me dit que la livraison par drone risque d'éveiller l'envie pour certain, de détourner la trajectoire* des drones pour récupérer "...tous ces beaux joujous que je vois en rêve et que tu m'as apporté..."

* avec lance pierre, carabine, rapace, autre drone, ...
2  0 
Avatar de Pierre Louis Chevalier
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 06/08/2021 à 14:26
Il y a des applications ou les drones de livraison volants sont une réussite, comme par exemple livrer des médicaments ou du matériel médical en général dans les hôpitaux de brousse en Afrique :



Par contre l'hypothèse de départ d'Amazon sur le fait qu'on puisse utiliser des drones volants automatique de livraisons en ville pour qu'Amazon puisse livrer un paquet de dentifrice ne s'avère par pertinent car le rapport Cout/risque/nuisance/casse n'est pas favorable, sans compter que globalement les municipalités et les gens sont contre.

Par contre la livraison par robot roulants fonctionne, simplement ça ne sera pas utilisable partout et dans tous les cas de figure :

3  1 
Avatar de walfrat
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 06/08/2021 à 16:12
L'espace aérien est quelque chose qui est extrêmement contrôlé et avec raison, c'est trop dangereux de laisser des milliers d'engin potentiels volé au dessus de nos têtes sans l'assurance qu'ils ne s'écraseront pas sur nous.

Enfin cette évolution vers toujours plus d'instantanéité pour les commandes profitent .. qu'à Amazon, et certainement pas aux autres acteurs plus modeste.

Sérieusement, une livraison en une poignée de jours, c'est pas la mort surtout grâce aux boutiques relais qui contrairement à la poste ne ferme pas à 18h...

Et si t'es pressé, y'a le chronopost.

Je parle ici dans le cas des livraisons aux particuliers, je n'ai pas d'objections particulière pour des cas comme par exemples les hôpitaux pour des livraisons d'urgence (et donc très occasionnel) ou du secourisme.
2  1 
Avatar de TotoParis
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 06/08/2021 à 10:56
Encore une avancée majeure pour l'Humanité qui tombe à l'eau.
C'est désespérant.
1  1